Archives de catégorie : UrbIC

UrbIC#2

UrbIC#2 – [Urbain + Information Communication]
2-9 nov. & 19-20 nov 2009
Workshop de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Marseille
dans le cadre de la résidence d’artiste de Jeff Guess.

Studio de référence : studio Lentigo

Professeurs : Frédérique Entrialgo, Ronan Kerdreux, Fabrice Pincin, Cécile Marie, François Bazzoli.
Etudiants concernés : étudiants de deuxième et troisième année de l’option Design d’Espace et du Studio Lentigo (option Design).

La deuxième édition du workshop urbIC aura lieu cette année avec Jeff Guess, artiste invité en résidence à l’école. Le workshop aura lieu du 2 au 9 novembre, les rendus se dérouleront les 19 et 20 novembre. Une exposition dans les galeries de l’école du 3 au 15 décembre 2009 rendra compte du travail et des réflexions menées pendant le workshop et de la résidence autour d’une pièce de l’artiste.

Jeff Guess est artiste et enseignant à l’Ecole Nationale supérieure d’Arts Paris-Cergy. Son travail se situe initialement dans l’intervalle entre l’image fixe et l’image en mouvement, problématisé depuis une dizaine d’année par l’introduction d’un troisième terme, l’algorithmique, qui ouvre plus explicitement ses recherches ą la question du langage. Ses photographies, programmes, installations et performances ont été présentés notamment au Centre Georges Pompidou, à la Maison Rouge, à l’American Center (Paris), au ZKM ( Zentrum für Kunst und Medientechnologie – Karlsruhe), au Filmmuseum (Amsterdam), au Centro Cultural Banco do Brasil (Rio de Janeiro), au Moderna Museet (Stockholm) et au Museet For Fotokunst (Odense).

urbic01

Les workshops urbIC ont pour contexte la ville au moment où elle s’installe dans sa «troisième modernité». Ils questionnent et expérimentent un espace urbain stratifié, dont les flux et les mobilités modifient les relations entre l’individu, le collectif (espaces publics, espaces communs, espaces de rencontre…) et le territoire (espace matériel, espace vécu, espace représenté, solutions de continuité).

UrbIC se constitue cette année autour du concept de «visualisation d’information» et d’un outil de programmation : Processing*.

La ville est sans cesse traversée de flux numériques. Ses usagers et leurs activités produisent des données qui la forment et l’in-forment à la fois, et qui en déterminent les pulsations. La question de la visualisation de ces données pose aujourd’hui un enjeux à la fois esthétique et informationnel situé au coeur d’un domaine de recherche émergent du design. Il s’agit donc de donner forme à ces pulsations urbaines, de les rendre visibles, de les contextualiser, de les traiter, et dans le meilleur des cas, de les sublimer grâce à la mise en oeuvre d’un langage qui rend possible la récupération, le traitement et la transposition de ces données en données visuelles.

urbic03

La question du langage posée par le travail de Jeff Guess associée aux problématiques de la surveillance constitue le coeur de la réflexion qui devra être menée pendant le workshop. La transposition des flux de données urbain en images questionne en effet d’une part les conditions de la relation entre la représentation verbale et la représentation visuelle mais aussi celles de la captation et du traitement de données issues des individualités agissantes dans l’espace urbain.

*Il est important de noter, à l’attention des étudiants particulièrement, que des apprentissages techniques préalables ne sont pas requis. Tout ceci sera vu au cours du workshop.

http://www.guess.fr
http://processing.org
http://infosthetics.com/
http://www.visualcomplexity.com/vc/

urbic02

urbic04

urbic05

urbic06

urbic07
__________________________________________

T r a v a u x d’ é t u d i a n t s
__________________________________________

On vous allume !

Mickael Debelfort, Anastasia Guira, Sarah Roca-Labarre, Caroline Venga
glob-150x150
Un flux est un écoulement de matière et/ou d’informations, (quantifiable par des données) évoluant dans un sens ou direction commune. Un flux peut donc être entendu comme un déplacement caractérisé par une origine, une destination et un trajet, éventuellement une vitesse.
L’éclairage urbain est nécessaire, c’est un élément de confort, de sécurité mais c’est également une dépense importante d’énergie électrique. Dans un souci d’économie, il est indispensable que les services ainsi rendus le soient de manière optimisée.
Si personne n’est dans la rue, l’éclairage est inutile. Nos lampadaires, reliés par séries de quatre, s’allumeraient ou s’éteindraient selon les détections de mouvements.
En outre, la captation des flux peut également être la source d’une cartographie en temps réel, indiquant les secteurs plus ou moins animés de la ville.

__________________________________________________

Guess where ?

Alexandre Bovier-Lapierre, Delphine Auffret, Charles Gauthier, Nicolas Burcheri, Franck Mouradian.
idée graphique150x150
Guess Where est une interface qui informe en temps réel de l’activité nocturne de lieux de sorties. A partir d’un repérage géographique, le noctambule en mal d’animation peut connaître l’affluence et le type de musique de chaque café, restaurant, salle de concert et ainsi programmer sa soirée.

__________________________________________________

Pollution dans la région de l’Étang de Berre

Fathia Haski , Brigitte Dineur , Anais Labessouille
imageignoble150x150
Il s’agit d’un procédé de visualisation des pollutions (aquatique, atmosphérique et sonore) dans la région de l’Étang de Berre.
L’industrialisation de cette région est voulue, pas toujours contrôlée. Ce sont nos rejets qui jouent, désirent, repoussent et reçoivent passivement notre empreinte.
Sommes-nous prêts à remettre en cause notre mode de vie pour évaluer ses conséquences sur notre environnement ?

__________________________________________________

Respirez… Toussez !

Mélanie Janel, Margarida Carvalho, Laurie Lis
RespirezToussez150x150
La loi du 30 décembre 1996 reconnaît « le droit à chacun de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé ». Dresser le bilan, suivre l’évolution et prévoir la pollution de l’air est indispensable pour définir les actions à entreprendre afin d’améliorer la qualité de l’air.
Les espaces verts sont des endroits fréquentés, mais l’air n’y est pas aussi pur que l’on peut le penser. Comme notre environnement, ils sont pollués par de nombreuses particules.
Ce projet matérialise l’évolution journalière des flux de pollution aériennes à l’ozone, au dioxyde d’azote, au monoxyde de carbone et au dioxyde de carbone dans quatre parcs de la ville de Marseille (Longchamp, Borély, Front Obscur et Pharo).

________________________________

Chassé-croisé
Une entrée de rue, un écran, une information.

Marie Heanel, Ophélie Céleste
image
Digestion d’un système.

Une voiture, une rue, une place.
Voir l’état d’une rue en temps réel. Une image, un carré, une couleur, une place.
Si le carré est coloré, la place est occupée. Si celui-ci clignote, la place est libre.

// Se connecter, choisir un plan, une rue, en un clic, regarder un visuel et trouver sa place.
//Un sillon lumineux, le passage d’un piéton, anticiper le départ d’un véhicule

_________________________________________

Urban Flux
La Civilité et l’Incivilité sur Marseille

Marzia Gramaglia, Benoit Ollive, Matthieu Robert

Image 25
En faisant la part belle aux drames et agressions, les médias stigmatisent criminalité et quartiers dangereux. La réalité sociale est plus complexe. Nous avons tenté de mettre en vis-à-vis ces chiffres statistiques et une dimension à la fois plus positive et moins tangible, celle de la « civilité ». Le résultat bien-sûr est ambigu, quelquefois inattendu et, bien qu’empreint de dualité un peu caricaturale, il est plus proche du portrait nuancé de la ville.

__________________________________________

Fréquentation horaire des supermarchés, Pekin

Jiayi He, Xiaoliang Zhang
image150x150
Les supermarchés implantés en zone urbaine restent un lieu de densité en terme de fréquentation, un tropisme urbain fort. Indicateur de la pulsation marchande de la ville, ils sont des lieux au sein desquels la densité des usagers évolue en fonction des heures de la journée.

________________________________________

Chacun son Vélo !

Mélanie Bodeau, Marlène Guirado, Aïcha Wattara, Lise Weil
visuel-velo-150x150
Pour faciliter l’accessibilité du Vélo à ses usagers, il est indispensable de les informer sur leur disponibilités. Chacun son vélo est une carte interactive qui permet de visualiser en temps réel et par arrondissement le nombre de vélos et de bornes disponibles de chaque station dans Marseille.
__________________________________________

Une journée en gare Saint-Charles

Fanny-Jade Besançon, Caroline Lopez, Guillaume Yorulmaz
def-pr-cartel150x150
Notre observation s’établit sur une journée complète et traite de la quantité en temps réel de personnes dans la gare, voyageurs ou gens de passage. Chaque jour, environ 25 000 personnes prennent le train en gare Saint-Charles ; soit 175 000 en moyenne chaque semaine. Un TGV classique peut transporter environ 500 personnes tandis qu’un TGV Duplex est doté de près de 1100 places. Ce sont très majoritairement ces TGV Duplex qui assurent la liaison Paris-Marseille, la principale destination depuis Saint-Charles. Cette ligne, dont les trains partent et arrivent à une fréquence supérieure à 1 par heure, est un facteur déterminant du taux de fréquentation de la gare.

___________________________________________

La ville amoureuse

Xiaoxiao Liu
La ville amoureuse150x150
« C’est vrai que la ville est construit que par les tiges d’acier et le béton armé?
Non, on l’a construit par l’amour qui est invisible et ineffable.
Ce amour est un flux chaud qui entoure la ville jour et nuit.
Il peut chauffer notre coeur froid pendant la nuit longue.

Et si ce soir je te chantais une chanson ?
Qui exprimait mes désirs et émotions,
Dans le refrain, ton prénom je le crierai,
Et dans ton coeur, en or le mien je graverai.

Je vais lever mes yeux et mirer le ciel,
J’y verrai ton étoile, je penserai à toi,
Et puis je dirais simplement que je t’aime. »

Maire-Claude O’Reilly

_______________________________________

Courrier rose, courrier vole !

Damien Bouic

La lettre d’amour… Existe-t-elle encore de nos jours, à l’heure des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) ou plus simplement des emails et des carte de voeux numériques? Oui, sans nul doute. Sous une forme désormais (?) marginale, gage de sincérité, d’intimité et aussi de durabilité, car ce type de lettres est bien souvent précieusement gardé voire même caché, dissimulé (pour garder justement le-dit secret contenu dans ces courriers).
Mais comment ce courrier est-il distribué, et réparti dans une ville comme Marseille? Est-il possible même d’en avoir un chiffrage plus ou moins précis. Car même si les lettres avec recommandé sont séparées des lettres “normales”, il doit être plus ardu d’en différencier les genres, parmi la multitude de lettres existantes (que ce soit de simples relations familiales, des cartes postales, des cartes de voeux, des faire-part, etc.). Ces “lettres d’amour” sont-elles parfumées et se distinguent-elles par un format ou une couleur exotique ?
Allez ! Tentons d’y répondre ou tout du moins, établissons une hypothèse visuelle de ce flux marginal “hors statistiques”.

__________________________________________

Waves architecture

Irène-Maire Loste, Romain Magail, Charlotte Sammut
Waves-architecture150x150
Étendre les espaces personnels
Waves Architecture est une visualisation des comportements privés, des habitudes, et de l’intrusion que chacun opère dans l’espace personnel des autres. Ces incursions chez les autres sont immatérielles, des flux d’ondes wi-fi. Notre projet se situe à Super-Rouvière, une importante unité d’habitation de Marseille (seize appartements sur vingt étages). La vue du bâtiment en façade nous permet de situer tous les appartements possédant un réseau wi-fi personnel et les associations de propriétaires, possédant elle, un réseau professionnel, plus étendu. Waves Architecture, présente un point blanc pour chaque arrivée de réseau, une connexion endormie, branchée mais inactive. Lorsque les propriétaires utilisent le wifi, un cercle rouge légèrement transparent se dégage du carré blanc, qui dure pendant l’usage du wifi, à chaque fin de connexion le cercle disparaît, jusqu’au prochain mouvement. La visualisation s’étend sur vingt-quatre heures.
L’architecture est représentée, les appartements avec leurs espaces physiques remplacés par les sphères d’accessibilité au wifi, le nombre de connexions dilate le bâtiment hors de son enveloppe matérielle. Cette image appliquée à un quartier, une ville, au monde, pourrait permettre de voir, et de ressentir les frontières architecturales et humaines autrement. Un homme connecté voit, peut être son enveloppe corporelle s’étendre, comme cela s’applique au bâtiment.

_____________________________________

Flux de passagers maritimes en 2008, Marseille

Boris Cochet, Matthieu Sabatier
Flux maritime présentation150x150
Cette animation rend compte du flux de passagers transitant par le Port de Marseille, mois pas mois et selon les destinations.

_______________________________________

Favelas cariocas

Maëlle Le Faou, Pierre Moro-Lin, Frédéric Siegel
Favelas150x150
La ville de Rio de Janeiro compte plus de 900 «favelas» regroupant 10% de la population carioca. Ces favelas sont uniques par leur façon de s’implanter et de proliférer dans le centre de la ville depuis le XIXe siècle.
La prolifération des favelas est due aux flux incessant de personnes venant s’installer au plus près du centre de Rio de Janeiro. Ces habitations sont illégales. L’autre particularité des favelas est qu’elles sont adaptées aux pentes escarpées des collines encerclant la zone urbaine.
Le projet propose de visualiser cette densité de population croissante et son évolution selon une topographie et une végétation très présente ainsi que la localisation et la prolifération des favelas à partir d’une carte en perspective comportant les grands axes routiers, la topographie, la zone urbaine de Rio de Janeiro et le littoral.

___________________________________________

CitySounds.fm

Camille Dardé, Nadia Suvorova
bruit_urbain150x150
Notre expérimentation permet de visualiser le bruit urbain.
Une radio appelée « CitySounds.fm » retransmet en temps réel le son de la ville par un graphisme s’animant grâce à Processing. Cette installation in situ interagit avec la ville et sa sonorité, elle introduit un graffiti lumineux sur les murs. Tout cela devient une signature sonore et visuelle de la ville. Le graphisme est généré par le bruit urbain et varie d’une heure à l’autre, d’une ville à l’autre.

Urbic#1

LE WORKSHOP


Contexte et outils – Ce workshop a pour contexte la ville au moment
où elle s’installe dans sa «troisième modernité». Il a pour but de contribuer à l’intégration
de matériaux nouveaux, issus des technologies de l’information et de la communication,
dans ses formes et ses usages. Il questionne un espace urbain stratifié, dont les flux et les
mobilités modifient les relations entre l’individu, le collectif et le territoire. Il se donne pour
outils et matériaux les dispositifs de réalité augmentée* in situ et les « codes 2D » comme
objets de scénarisation et d’invention de nouvelles formes et de nouveaux usages des territoires
urbains. UrbIC ne s’inscrit pas dans une démarche prospective, il ne projette pas
la ville d’un futur lointain mais s’ancre dans l’ici et le maintenant d’un contexte qui questionne
les conditions d’un territoire en mutation.

*Les Code 2D sont des code-barres en 2 dimensions pouvant stocker jusqu’à
7089 caractères numériques, ou 4296 caractères alphanumériques ou 2953 octets. (contrairement
au code-barre “traditionnel” qui lui ne peut stocker que de 10 à 13 caractères). Il présentent
l’avantage de pouvoir être générés très facilement, de pouvoir stocker beaucoup plus d’informations
que le code-barre traditionnel tout en prenant moins de place. Leur principal atout, qui en multiplie
les applications possibles, est de pouvoir être lus sans signal infrarouge, dans tous les sens, par un
téléphone portable associé à un logiciel de décodage.

*La réalité augmentée désigne les différentes méthodes qui permettent
d’incruster en temps réel des objets simulés numériquement en 2D ou en 3D dans une séquence
d’images. Ces objets se superposent donc à la perception que nous avons naturellement de notre
environnement physique. La réalité augmentée peut s’appliquer à la perception visuelle mais aussi
aux perceptions proprioceptives comme les perceptions tactiles ou auditives. Le concept de réalité
augmentée vise donc à compléter notre perception du monde réel, en y ajoutant des éléments fictifs,
non perceptibles naturellement.

Déroulement: le workshop s’est déroulé sur deux sessions discontinues
de 5 jours de travail. Une première approche des projets a été proposée lors de la première
session puis précisée et finalisée pendant la deuxième session. Le dernier jour de chaque
session était consacré au rendu en présence d’enseignants extérieurs à l’organisation du workshop.

Participants :
41 étudiants (deuxième et troisième année de l’option design d’espace, deuxième année de
l’option design)
Enseignants : Philippe Delahautemaison, Frédérique Entrialgo, Philippe Grégoire, Fabrice Pincin.
Intervenants extérieurs : Thomas Casubolo (designer), Bruno Grandsire (designer), 
Grégoire Lauvin (plasticien).
Invités : Ronan Kerdreux (designer et enseignant à l’ESBAM), François Bazzoli (historien et
critique d’art, enseignant à l’ESBAM).

Attendus : répartis en 8 groupes de travail, les étudiants devaient proposer
des projets à partir du contexte, de la problématique et des outils proposés. L’objectif était de faire
réfléchir les étudiants à la question de l’usage des technologies numériques dans la ville et de
l’imbrication des espaces physiques et des espaces numériques. D’un point de vue méthodologique,
il s’agissait pour eux de réagir rapidement à un nouveau contexte de questionnement, de maîtriser
son amplitude en déterminant rapidement une démarche précise, et de relier de façon cohérente
une technologie à une démarche de création. D’un point de vue technique, il s’agissait aussi pour eux
de découvrir en les manipulant les outils de la réalité augmentée.

Bilan : les problématiques et les outils proposés ont globalement bien été
compris et mis en oeuvre dans une dynamique de groupe très agréable et stimulante. Les projets
témoignent dans leur ensemble d’un belle diversité de formes et de questionnements en même
temps que leur lecture permet de tisser des liens entre eux, proposent une bonne exploration des
possibilités de ces technologies, ainsi qu’une évaluation pertinente de leurs qualités intrinsèques
dans un contexte de création en design.

PROJETS

Rewrite it Projet Benoît Ollive, Karine N’Guyen, Florence Bournonville, Pierre Colson,
Rémi Bosch.

Rewrite It Project

Collectif dont l’intention est de proposer une relecture de l’espace urbain en l’envahissant,
à l’instar des graffeurs et des taggeurs, par le collage “sauvage” de codes 2D. Chaque code 2D donne accès à un site internet commun sous forme de blog qui informe sur les démarches personnelles de chaque membres du collectif et permet d’accéder à des contenus (images, textes, videos) contextualisés dans l’espace urbain. Benoît Ollive réinterprète le paysage dans lequel sont placés les codes 2D sous forme de “flash” graphiques issus d’une pratique personnelle nocturne de la ville. Karine N’Guyen et Florence Bournonville déposent des codes dans des lieux significatifs de la consommation pour en dénoncer “l’envers du décor”. Rémi Bosch propose un parcours narratif et poétique de la ville en reliant ses détails graphiques et des éléments de son espace sémiotique à de courts textes issus de son univers culturel personnel.

Dispositif de lecture de l’espace urbain
Sarah Bodin-Tratzi, Fanny-Jade Besançon, Virginie Chambon, Mickaël Debelfort.

Expérience sensorielle qui modifie la perception des espaces urbains en créant des micro scénarios qui interrogent, en les décalant, en créant un trouble, les gestes et les usages liés à la présence d’objets urbains. Ils Installent, dans le vide d’un volume praticable posé dans la ville, des patterns lisibles à l’aide de lunettes spécifiques, qui permettent d’expérimenter les scénarios proposés. Une image de ce qui se passe en temps réel à l’intérieur de l’édicule est projetée sur l’une de ses façades, instaure un dialogue visuel et gestuel entre la ville et ses usagers, entre l’espace muet du dispositif et le vacarme de la ville, entre l’espace physique et celui de la réalité augmentée.

Fiction-Réaction

Leila Mérou, Franck Mouradian, Philippe Cohen, Alexandre Bovier-Lapierre, Nicolas Burcheri, Charles Gauthier.

Fiction Réaction

Le projet Fiction-Réaction est constitué de deux videos qui projettent les dangers, les écueils, et la fragilité du support numérique dont dépendent les codes 2D. Leurs scénarios, tragiques et absurdes, nous immergent dans un monde où ces codes auraient envahi l’espace, où ils seraient devenus nos seuls moyens de repérages et d’identification et questionnent les notions d’identité et de dépendance, de pouvoir et de liberté d’individus en prise directe avec un excès de code.

Itinéraire Personnalisé

Ondine Acien, Aurélie Bellon, Thomas Borne, Fatiha Haski, Myriam Jolly, Pierre Moro-Lin, Laura Ruiz.

Itinéraire personnalisé

Dans la lignée des artistes arpenteurs-marcheurs, qui créent dans la ville des itinéraires singuliers et subjectifs, ce projet propose des itinéraires croisés, des chemins inhabituels pour découvrir la ville ou redécouvrir sa ville. Chaque parcours se découvre au fil des codes 2D collés dans la rue, qui délivrent une énigme donnant accès au repère suivant. La ville se découvre alors selon un point de vue subjectif qui bouscule les habitudes et les manières de voir en plaçant le corps et les perceptions au coeur d’un dialogue avec l’architecture et l’ambiance des lieux.

Fais ta pub
Camille Cerdan, Justine Lavoine, Delphine Morlet, Camille Dardé.

Fais ta pub

Le projet combine les univers médiatiques des espaces personnels sur internet et des espaces publicitaires urbains en tissant une relation graphique et conceptuelle entre espace public et espace privé. Le projet se présente sous forme d’une campagne publicitaire d’affichage où le code 2D, superposé à une image, occupe une fonction graphique en plus du code qu’il délivre et devient un support d’autopromotion dans l’espace public (arrêts de bus, métro, presse gratuite) en revoyant vers des informations personnelles sur internet.

Les triomphes de Marseille

Les triomphes de Marseille

Romain Réal, Clémentine Brunot, Félix Hegenbart, Sofia Barthélémy, Pauline François.
Ce projet questionne la notion du monument à l’ère numérique. Il propose un dispositif greffé sur l’Arc de Triomphe de la Porte d’Aix à Marseille qui permet de recueillir, de sélectionner et de visualiser les “triomphes quotidiens” des habitants de Marseille. Des actions ou des événements remarquables sont déposés puis sélectionnés par les habitants de la ville sur un site internet avant d’être matérialisés et rendus visibles autour du monument existant sous forme de codes2D et de patterns de réalité augmentée. Les habitants de la ville deviennent ainsi les acteurs effectifs de sa mémoire.

Scénographie augmentée
Mélanie Gimeno, Ophélie Céleste, Min Liu, Xang Xiao Liang.

Scéno. augmentée

Dans ce projet, les patterns de réalité augmenté sont utilisés comme éléments de scénographie dans l’espace urbain. Un lieu dans la ville, une architecture, peuvent être “équipés” de patterns qui le transforment en un espace scénique où s’instaure un dialogue entre l’architecture, le geste et le code numérique. Cet espace scénique est filmé puis retransmis dans un espace distant où l’apparition/disparition des motifs de réalité augmenté déclenchée par le mouvement des danseurs participent au langage chorégraphique.

Qu’y a-t-il dans votre panier ?
Maëlle Le Faou, Caroline Venga, Anastasia Guira, Frédéric Siegel, Guillaume Yorulmaz, Sarah Roca-Labarre.


Création d’une association de quartier dans le but de repenser l’espace dans une double dimension publique et individuelle. Les habitants du quartier sont invités à participer à la mise en place d’un processus de communication et d’interaction entre riverains. Ils peuvent envoyer des contenus (images, photos, vidéos, sons, textes) sur le site de l’association du quartier, qui seront renouvelées au rythme des saisons et des événements. Une sélection est effectuée par les membres de l’association, transformées en codes 2D qui, disposés dans le quartier, forment les repères d’une balade toujours différente.

RESSOURCES

Bibliographie / Références

Valérie Châtelet (sous la direction de), Interactive cities, anomalie digital_arts #6, HYX, Orléans, 2007.
François Ascher, Les nouveaux principes de l’urbanisme, Éditions de l’Aube, 2001 Marie-Haude Caraës, Philippe Comte, Vers un design des flux ?, Azimuts n°29 Khaldoun Zreik, HyperUrbain, Technologies de l’Information et de la Communication en milieu Urbain Quel impact sur la ville sociale ?, Europia, 2008.
La ville virtuelle I, : architecture ,(spéciale Biennale de Montréal 2004, Magazine électronique du CIAC, n°20, automne 2004. [http://www.ciac.ca/magazine/archives/no_20/index.html]
La ville virtuelle II : politique, Magazine électronique du CIAC, n°21, hiver 2005. [ttp://www.ciac.ca/magazine/archives/no_21/index.html]
La ville virtuelle III : espace public / espace privé, Magazine électronique du CIAC, n°22, été 2005. [http://www.ciac.ca/magazine/archives/no_22/sommaire.htm]
Hyperurbain. espace urbain, représentation, création. Blog crée par le CITU qui regroupe des informations classées par mots-clés. [http://www.hyperurbain.net/]
Airs de Paris (25 avril – 15 août 2007, Centre Georges Pompidou). Site de l’exposition pluridisciplinaire qui présente des œuvres de 1970 à nos jours autour des thèmes conjoints de la ville et la vie urbaine. [http://www.centrepompidou.fr/] Ville 2.0 [http://www.villes2.fr/]
IP City. Projet européen dont l’objectif est d’explorer les technologies de réalité mixte et d’étudier leurs applications dans les environnements urbains. http://www.ipcity.eu/.
Urbic – Urban Ubiquity (j’ai découvert ce site après avoir trouvé le nom du workshop…), http://urbic.blogspot.com/.
Aram Bartholl, Google portrait series, http://www.datenform.de/googleportraiteng.html ; Tagging, http://www.datenform.de/taggingeng.html.
Archives catégorie “augmented reality” du site we make money not art. http://www.we-make-money-not-art.com/archives/augmented_reality/
Zhong Yi Quck, Exsplaumas (Extensible Espace Public Augmenté à Multiples Activités Simultanées), Prix Esa 2005. http://www.hyperurbain.net/ (cat. “réalité augmentée”).
MScape Game Demo: Roku’s Reward by HP. [http://galerie.esa-paris.fr/index.php?sujet_id=3999].
Urbansketchers. [ttp://studierstube.icg.tu-graz.ac.at/ipcity/sketcher.php].
Télescope de réalité augmentée, projet pour l’Arc de Triomphe, Paris. [http://www.citu.info/#projet_34_1].
Lalalab [Clara Boj+Diego Diaz],
Free Network Visible Project
. http://www.lalalab.org/redvisible/index_en.htm
Virtual Cable. [http://online.impakt.nl/box/life/index.html]

Readers de codes 2D
http://reader.kaywa.com/getit
http://www.i-nigma.com/personal/
http://www.activeprint.org/

Générateurs de codes 2D
http://www.jaxo-systems.com/home/
http://qrcode.kaywa.com/
http://www.snapmaze.com/
http://www.semapedia.org/
http://generator.france.flashcode.id2orange.com/flashcode-contact.php
http://omarabid.com/barcode/online_qrcode.php
http://www.y01.fr/index.php

Projets
http://www.readwriteweb.com/archives/cshirt_remixable_tshirts.php

Exposition urbIC#2 + Jeff Guess

Workshop / Exposition de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Marseille
dans le cadre de la résidence d’artiste de Jeff Guess.
Automne 2009

La deuxième édition du workshop urbIC a eu lieu cette année avec Jeff Guess, artiste invité en résidence à l’école. Le workshop s’est déroulé du 2 au 9 novembre,puis les 19 et 20 novembre. Une exposition dans les galeries de l’école du 3 au 15 décembre 2009 rend compte du travail et des réflexions menées par les étudiants pendant le workshop et de la résidence de l’artiste.

Les workshops urbIC ont pour contexte la ville au moment où elle s’installe dans sa «troisième modernité». Ils questionnent et expérimentent un espace urbain stratifié, dont les flux et les mobilités modifient les relations entre l’individu, le collectif (espaces publics, espaces communs, espaces de rencontre…) et le territoire (espace matériel, espace vécu, espace représenté, solutions de continuité).
UrbIC se constitue cette année autour du concept de «visualisation d’information» et d’un outil de programmation : Processing.
La ville est sans cesse traversée de flux numériques. Ses usagers et leurs activités produisent des données qui la forment et l’in-forment à la fois, et qui en déterminent les pulsations. La question de la visualisation de ces données pose aujourd’hui un enjeux à la fois esthétique et informationnel situé au coeur d’un domaine de recherche émergent du design. Il s’agit de donner forme à ces pulsations urbaines, de les rendre visibles, de les contextualiser, de les traiter, et dans le meilleur des cas, de les sublimer grâce à la mise en oeuvre d’un langage qui rend possible la récupération, le traitement et la transposition de ces données en données visuelles.

Jeff Guess, Disambiguation - Vue de l'exposition.
Jeff Guess, Disambiguation - Vue de l'exposition.
urbIC#2 - Vue de l'exposition
urbIC#2 - Vue de l'exposition