Archives par mot-clé : architecture

Visites d’expositions : « Architecture, un défi sans fin »

Exposition rétrospective consacrée à Tadao Ando, Centre Georges Pompidou, Paris, 10 octobre 2018 – 31 décembre 2018
« Architecture, un défi sans fin »
Commissaire : Mnam/Cci, F. Migayrou

>>> voir plus d’informations sur le site du Centre Pompidou

Commentaire muséographique : une exposition d’architecture, avec de très nombreux documents sur de multiples supports (textes, images, dessins, maquettes à plusieurs échelles, vidéos), dans un espace unique. Malgré quatre thèmes annoncés (la forme primitive de l’espace, le défi de l’urbain, la genèse du projet et le dialogue avec l’histoire), l’exposition est scandée par chaque projet de Tadao Ando et de ce fait assez touffue. Au risque parfois de la surabondance, voire d’une trop grande densité.

Entrée de l’exposition avec le texte d’annonce général et une bibliographie. Catalogue de l’exposition sur socle à gauche de l’image. Photo RK

Suivent trois images de l’espace général de l’exposition avec un secteur réservé (derrière l’arche) à un projet d’aménagement comprenant plusieurs villas. Examiner les rapports entre documents matériels (maquettes, dessins) et les projections vidéo. Questions de lumière, d’interactions entre les deux types

Photo RK
Photo RK
Photo RK

Deux images montrant l’ensemble des documents de présentation pour chaque projet.

Photo RK
Photo RK

Une question plus embarrassante autour d’une vidéo sur écran qui retrace un long entretien avec Tadao Ando placé au milieu de l’exposition et doté en regard seulement d’un banc. Il s’agit d’un document majeur de l’exposition d’où ce groupe agglutiné tant bien que mal.

Photo RK

>>> retour vers l’article muséographie
>>> vers l’article suivant Visites d’expositions « « Carte blanche à JR », Maison Européenne de la Photographie, 2018-2019 »

Claude Parent (1923, 2016), l’architecture oblique

Claude Parent est particulièrement connu pour son approche dite de la « fonction oblique » qu’il aborde dès le début des années 60 (agence avec Paul Virilio, groupe Architecture Principe).
Schématiquement, le fait de disposer de sols qui ne sont pas horizontaux offre en même temps une position plus dynamique de l’usager, et un déploiement dans les trois dimensions de l’ensemble des conditions de vie matérielles (mobilier compris). Cette recherche est également fortement teintée d’engagement utopique et social.

1974, appartement de Claude Parent à Neuilly
1974, appartement de Claude Parent à Neuilly

Avec la construction de l’église Sainte-Bernadette du Banlay à Nevers entre 1963 et 1968, il affirme sa culture de l’oblique développe ses recherches sur le brutalisme. (« fracture du monolithe » pour une « mise en dynamique de la forme »).
Fonction oblique : seuls quelques projets sont réalisés, l’appartement d’Andrée Bellaguet à Neuilly en 1971, réaménagement de son propre appartement à Neuilly en 1973, maison de l’artiste Michel Carrade en 1974 (peintre membre fondateur de l’agence ainsi que Morice Lipsi).
Ne pas résumer sa vie à ces quelques lignes mais voir aussi ses relations nombreuses et multiples avec les protagonistes de la scène artistique du « Groupe Espace» : Fernand Léger, Sonia Delaunay, Dei Marie, Pillet, Deswane, Vasarely, Mannoni, Baertling, Descombins, Gilioli, Hartung, Pol Bury, collaborations avec Nicolas Schöffer pour la « Ville Spatio-Dynamique » (1952-1955), et pour le « Théâtre Tournant» (1956), avec Tinguely pour le projet de Luna-Tour sur l’implantation du parc des expositions Porte-Maillot à Paris ; la rencontre, essentielle, avec Yves Klein se traduira par les recherches sur « L’Architecture de l’Air » et la rencontre de l’air et du feu (travail sur les fontaines de Varsovie au Trocadéro).
Voir aussi http://www.academie-des-beaux-arts.fr/membres/actuel/architecture/parent/fiche.htm

Retour vers France années 60