France, années 60

Introduction

Quatre parties : le progrès technologique comme un grand récit ; libéralisation, émancipation ; conscience politique ; invention du pessimisme (à préciser)

Acte 1 : Iouri Gagarine le 12 avril 1961 est le premier homme dans l’espace, une orbite terrestre de 108 minutes qui le propulse célébrité mondiale. Il inaugure ainsi la course que vont se livrer l’URSS et les États-Unis d’Amérique tout au long de la décennie, course à l’espace qui se terminera par un succès américain avec le premier pas sur la lune le 20 juillet 1969 de Neil Amstrong sortant du Lem d’Apollo 11. Quelquefois, ce premier pas est daté du 21 juillet, je pense que cela provient de l’heure à laquelle cela s’est déroulé (21h17 heure française).
Ces huit années restent donc comme un grand concours, avec des volontés politiques évidentes (nous sommes en pleine guerre froide entre les deux superpuissances), un concours qui reste un grand rêve collectif et technologique, une grande adhésion mondiale à ce que les évolutions offrent comme possibilités, un sentiment commun, exhalant, un grand récit (à mon avis, le dernier en date). Cela apporte autre chose : c’est la première fois qu’on voit notre planète « de l’extérieur », en en faisant le tour, encore plus en allant se poser sur son satellite. C’est la vue évidente de la « petite planète », du monde clos (voir les conditions de l’entropie), et par là-même, du vivre ensemble, de la conscience qu’un événement produit par certains à un impact sur tous. Cette démonstration est majeure dans notre perception de la protection de la planète, elle achève dans le même mouvement l’idée de zones à découvrir, de l’inconnu géographique sur la terre-même.
Plus prosaïquement, on peut faire une liste de ces objets mythiques, du spoutnik, des fusées, du Lem lui-même, objet étrange avec sa morphologie arachnoïde et son revêtement brillant… Reste cette trace de pas sur la poussière lunaire, et en ce qui me concerne, le souvenir d’avoir vu des retransmissions en classe, et ce sentiment étrange de faire partie de l’aventure.

Image sur le site www.histoire-fr.com consulté en janvier 2012

__________________________________________________

Paris, autoroutes et voies sur berge (voie Georges Pompidou)

Ce projet, en partie seulement réalisé, résume bien je trouve, l’évolution des regards portés sur les transports automobiles. Aux alentours de 1966, Georges Pompidou étant alors premier ministre, un plan…

Le Torrey Canyon et la première marée noire, 1967

Le Torrey Canyon et sa gigantesque marée noire (Cornouailles, Guernesey, cotes de la Manche et Bretagne) sonne le glas du progrès comme moteur d’enthousiasme, de confort…

Pierrot le fou 1965

Je ne vais pas ici, ou pas pour l’instant du moins, faire une analyse cinématographique. J’adore ce film que je trouve complexe, touffu, « omni-référencé » dans le domaine de la peinture, de la poésie, de la publicité, de la littérature…

2001, l’odyssée de l’espace, Stanley Kubrick, 1968

Ce film culte pour beaucoup annonce divers éléments et à mon avis, constitue un des premiers actes de la grande peur face à des technologies sophistiquées faisant irruption dans un monde du coup difficile à vivre et surtout à maîtriser. HAL 9000, l’ordinateur qui devient individu…

Brigitte Bardot 1952-1973

Comme les deux dates retenues ci-dessus, il est question ici du mythe Brigitte Bardot actif pendant 2 décennies et pas de la vie de la personne, ni de son…

Le monokini, 1964

Le monokini est à l’origine une culotte avec bretelles dévoilant les seins de la femme, conçue au milieu des années 1950 et lancé au début des années 1960 par Rudi Gernreich avec les conseils de Susanne Kitland, de Look…

Claude Parent (1923, 2016), l’architecture oblique

Claude Parent est particulièrement connu pour son approche dite de la « fonction oblique » qu’il aborde dès le début des années 60 (agence avec Paul Virilio, groupe Architecture Principe).
Schématiquement, le fait de disposer de sols qui ne sont pas horizontaux…

___________________________________________
La pilule, 1967

1956,  le Dr Gregory Pincus met au point, avec son équipe  la première pilule, baptisée Enovid. Il s’agit d’un médicament hormonal qui bloque l’ovulation.

Cette découverte a été rendue possible grâce à ce chercheur, bien sûr, mais aussi à deux femmes : Katherine McCormick qui a consacré sa fortune à cette recherche, et Margaret Sanger, infirmière américaine fondatrice du Planning Familial.

1956 : commercialisée pour la première fois en Allemagne Fédérale, 1960  :  États-Unis ; 1967, France.

Contraception sans pilule : préservatif masculin (féminin plus tardif), abstinence, méthode Ogino, contrôle des températures, coït interrompu, et en cas d’échec, avortement clandestin. Les femmes qui avortent risquent la prison (loi de 1920, toujours en vigueur), mais aussi la stérilité, l’infirmité ou la mort suite aux conditions d’hygiènes dans lesquelles l’avortement a lieu.

Avortement, Simone Veil, 1974
Sida et préservatif

Woodstock, 1969

Les Shadoks, 1968

Le Black Power de Mexico, 1968
__________________________________________

Z de Costa Gavras, 1969

Film franco-algérien coécrit et réalisé par Costa-Gavras, adaptation cinématographique du roman du même nom de Vassilis Vassilikos écrit d’après « l’affaire Lambrakis » et réquisitoire contre la dictature des colonels en Grèce (21 avril 1967 – été 1974).
Jean-Louis Trintignant, juge d’instruction, Yves Montand, député assassiné par la police.

Ce film marque à mon sens, avec d’autres bien-sûr, un cinéma politique qui s’engage pour la démocratie et contre les dictatures, les arbitraires. La crise grecque, avec la dictature des colonels, mais également les régimes espagnols (dictature de Franco, 1939-1975), portugais (1926-1974), montrent que les années soixante sont loin d’un idéal de démocratie pour l’Europe (pour le reste du monde non plus bien-sûr).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *